Les Ama, sirènes du Japon

Les Ama, sirènes du Japon

Les femmes de la mer

Les Ama (海女/海人), littéralement Femmes de la mer,  sont des pêcheuses sous-marine en apnée japonaises, connues en tant que pêcheuses de perles, mais ceci tient de la légende et a été inventé à la fin du XIXe siècle par Kokichi Mikimoto, qui a mis au point, à Toba, la technique de culture des huîtres perlières.

En réalité elles ont toujours plongé pour la recherche d’aliments, pour leur consommation et surtout la vente, tels que les escargots de mer, les algues, les pieuvres, les oursins, les ormeaux, voire les homards.

Les pêcheuses de perles d’Hokusai
Les pêcheuses d’ormeaux – Hokusai

 

L’image enchanteresse de femmes sirènes au sourire séduisant et à la plastique de rêve a longtemps contribué à leur renommée hors du Japon.

Ama photographiée par Iwase Yoshiyuki
Ama photographiée par Iwase Yoshiyuki

 

Ces pêcheuses nues qui plongeaient sans masques ni palmes, apnéistes hors pair, surnommée les sirènes du Japon, constituaient une communauté exclusivement féminine et surtout une source vive de l’économie locale.

Amas modernes se reposant après une plongée - Tsuruta Goro - 1935
Amas modernes se reposant après une plongée – Tsuruta Goro – 1935

Profession Ama

Malgré la dangerosité du métier, elles ont eu moins d’accidents que d’autres catégories d’apnéistes professionnels car elles n’hyperventilent pas.

Les Ama peuvent continuer à plonger jusqu’à un âge avancé. En 2003, l’âge moyen des Ama était de 67 ans.

Leur communauté rétrécit d’année en année faute de renouvellement. Les filles d’aujourd’hui ne veulent plus de cette activité fatigante, dangereuse et peu rémunératrice car pratiquée – pour sauvegarder la ressource – seulement, et selon le lieu, quelques dizaines de jours dans l’année.

Égéries des artistes japonais

Les Ama ont été immortalisées par des estampes (ukiyo-e) d’Utamaro et de Hokusai.

La plus célèbre : L’Ama et le poulpe (蛸と海女Tako to ama), estampe érotique (shunga), sur des timbres, et par plusieurs photographes.

Tako to ama - L'Ama et le Poulpe - Hokusai - 1814
Tako to ama – L’Ama et le Poulpe – Hokusai – 1814

 

Le Rêve de la femme du pêcheur est le nom donné généralement à cette estampe érotique sans titre de Hokusai, qui ouvrait le recueil Kinoe no Komatsu publié en 1814.

Hokusai créa cette estampe lors de l’époque d’Edo (1600-1868), période pendant laquelle le shintoïsme faisait une résurgence qui a parfois été donnée comme explication à la dimension animiste de la scène.

Le corps entièrement dévêtu du personnage féminin fait de cette gravure une exception parmi les shunga, d’où le nu était généralement absent, la familiarité des japonais avec la nudité la privant à leurs yeux de caractère érotique.

Ama - Utamaro
Ama – Utamaro

About author

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *