Korwar en bois dur érodé sculpté réceptacle de l’âme d’un ancêtre

1250,00 1000,00

Korwar en bois dur érodé représentation sculptée d’ancêtre réceptacle de l’âme du défunt – Curiosité – Collection ethnique – 21 x 24 x 48 cm – 2.780 kg

1 en stock

Comparer

Korwar en bois dur érodé représentation sculptée d’ancêtre réceptacle de l’âme du défunt – Curiosité – Collection ethnique

Korwar en bois dur érodé, statue indonésienne sculptée et décorée d’arabesques traditionnelles, petite figure tenant l’ensemble et portant le réceptacle du crâne.

Cette représentation d’ancêtre est sculptée au moment de la mort pour accueillir l’âme du défunt.

Petit personnage sans tête, debout, jambes fléchies, tenant devant lui un bouclier à décor ajouré.

Le large plateau du dessus, réceptacle du crâne d’ancêtre, est entouré d’une coiffe ajourée.

Le korwar

Le korwar représentait les individus récemment décédés.

Chacun servait de récipient surnaturel dans lequel l’esprit de l’ancêtre nouvellement décédé pouvait être appelé pour consultation ou présentation d’offrandes.

L’imagerie Korwar était très conventionnelle, représentant l’ancêtre en position assise ou debout avec la tête robuste.

Normalement conservés dans la maison de la famille du défunt, les korwar étaient également transportés lors de dangereux voyages en mer pour assurer un succès.

Les canoës Cenderawasih avaient des têtes de korwar incorporées dans leurs ornements de proue et de poupe, et des korwar miniatures étaient portés comme des amulettes.

La présence omniprésente de ces images d’ancêtres protégeait les vivants et soulignait l’importance des ancêtres dans tous les aspects de la vie quotidienne.

La fabrication du korwar

La fabrication du korwar est l’opération qui aboutit au transfert de l’âme du mort dans la sculpture :

« On commence par un expédition en brousse, sous la conduite du sculpteur.
C’est lui qui désigne la pièce de bois dont il a besoin, des provisions de sagou ont été rassemblées pour les nombreux festins.
Le silence règne dans la demeure du shaman, le vieux tailleur de bois est seul. Alors, penché sur son travail, il se parle à mi-voix.
Il parle à l’esprit de son père, qui lui enseigne les syllabes magiques et le met en rapport avec les sources du pouvoir qui a fait maintenant de lui un grand shaman. L’art de faire des Korwar, il l’a aussi appris de son père lorsqu’il était tout jeune encore.
Le nécromancien tient le Korwar à la main en criant et en corrigeant les traits du visage par de nombreux coups de couteau, tout à coup il frémit et tombe à terre, c’est signe que l’esprit du mort est entré dans l’image.
Tous les assistants tremblent. »

(L’Œil, n° 197, mai 1971, Vincent Bounoure)

Kepala Burung, baie de Cenderawasih, province indonésienne de Papouasie.

Pièce ancienne dont le bois érodé montre des traces profondes d’usure dues aux intempéries, et présente quelques fentes.

– Ce korwar est vendu sans le crâne –

  • Korwar ancien
  • Statue d’ancêtre
  • Curiosité ethnique
  • Sculpture chamanique
  • 21 x 24 x 48 cm
  • Poids : 2.780 kg

Plus d’objets dans la catégorie Ethnique

Poids 2,780 kg
Dimensions 24 × 21 × 48 cm
Translate »
X