Les masques False Face

Les masques False Face

Le peuple iroquois

Les Iroquois (ou Haudenosaunee : peuple aux longues maisons), connus aussi par l’expression Cinq-Nations ou Cinq Cantons, comprennent cinq et puis plus tard six nations amérindiennes de langues iroquoiennes : Mohawks, Onneiouts, Onondagas, Sénécas, Cayugas et Tuscaroras, vivant historiquement dans le nord de l’État de New York aux États-Unis, au sud du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent.

La Société des Faux Visages

La False Face Society (Société des Faux Visages) est probablement la plus connue des sociétés médicinales chez les Iroquois , en particulier pour ses masques en bois spectaculaires.

Ils sont utilisés dans les rituels de guérison qui invoquent l’esprit d’un vieil homme à dos voûté.

Ceux guéris par la société deviennent membres. De plus, faisant écho à l’importance des rêves pour les Iroquois, quiconque rêve de faire partie de la société peut se joindre à elle.



La légende

 iroquoise

L’histoire orale iroquoise raconte le début de la tradition des Faux Visages.
Selon les récits, le Créateur Shöñgwaia’dihsum, doté de pouvoirs de guérison en réponse à son amour des choses vivantes, a rencontré un étranger appelé Hado’ih, et l’a mis au défi dans une compétition pour voir qui pouvait déplacer une montagne.

Un membre de la société portant un faux visage

Hado’ih a réussi à faire trembler la montagne et à la bouger un peu. Shöñgwaia’dihsa’ih a déclaré qu’ Hado’ih avait ce pouvoir mais pas assez pour déplacer la montagne de manière significative. Il se mit alors à déplacer à son tour la montagne, demandant à Hado’ih de ne pas regarder derrière lui.

Tournant rapidement la tête par curiosité, la montagne frappa l’étranger au visage.

Défiguré, il fut banni et employé par le Créateur pour protéger ses enfants contre la maladie.

Reclus dans les grottes et les grandes forêts, il ne réapparaissait que lorsqu’il était appelé à guérir ou à interagir par le rêve.

Hado’ih est alors devenu un grand guérisseur.

Art indigène © Martha King

Aujourd’hui, les Iroquois croient que l’être les protège en cas de besoin, redirigeant des vents violents qui les menacent et guérissant ceux qui sont malades.



La conception des masques iroquois

Les yeux sont profonds et accentués. Le nez est plié et tordu. Les autres traits du visage sont déformés.

False Face au Musée Ethnologique de Berlin


Les masques sont peints en rouge et noir. Le plus souvent, ils ont des sachets de tabac attachés aux cheveux au-dessus de leur front. Le tilleul est généralement utilisé pour les masques, bien que d’autres types de bois soient parfois utilisés. Le crin de cheval est utilisé pour les cheveux, qui peuvent être noirs, brun rougeâtre, bruns, gris ou blancs.

Lors de la fabrication d’un masque, un homme marche à travers les bois jusqu’à ce qu’il soit déplacé par Hado’ih pour tailler un masque sur un arbre.

Hado’ih inspire les éléments uniques de la conception du masque et le produit résultant représente l’esprit lui-même, imprégné de ses pouvoirs.

Chef False Face frottant son hochet sur une souche

Les masques sont sculptés directement sur l’arbre et ne sont retirés qu’une fois terminés. Ils sont peints en rouge s’ils ont été commencés le matin ou en noir s’ils ont été commencés l’après-midi.

Parce que les masques sont sculptés dans des arbres vivants, ils sont également considérés comme vivant et respirant. On leur sert de la bouillie de maïs blanchi desséché et de petites poches de tabac en guise de paiement pour les services.

Divinités nord-amérindiennes

La diversité des tribus nord-amérindiennes se manifestait dans celle de leurs croyances et les esprits en lesquels ils croyaient. 
Bien que les différentes tribus partageaient parfois des rituels communs, les esprits leur étaient le plus souvent spécifiques.
Dans les cas des religions nord-amérindiennes, nous ne pouvons parler de divinités à proprement parler.



Adekagagawaa, le Grand Esprit, est à l’origine de l’univers et tout ce qui l’entoure (plantes, animaux, humains…) et la domine, il est aussi appelé Manitou.

Orenda, puissance spirituelle vénérée par les Iroquois, est une entité abstraite dont les manifestations se multiplient dans le monde vivant et peuvent être présentes à divers degrés, en tout être, humain ou animal.

Gohone est la divinité qui personnifie l’hiver. Comme tous les esprits des saisons, il est un serviteur d’Adekagagawaa (le Grand Esprit), démiurge personnifié dans le soleil.

Masque iroquois False Face rouge sur OVIRY

Masque iroquois False Face rouge (3/4)

About author

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *